Accueil

La provence vue par Jean Giono


« je ne suis pas provençal. je suis né en provence. je suis né en provence par hasard, parce que mon père et ma mère s'y sont rencontrés et s'y sont mariés ... mais j'aime ce pays... j'aime ses odeurs, j'aime sa façon d'être, mais je l'aime mieux que ce que l'aiment les félibres, je l'aime trop, je l'aime plus qu'eux. parce que je n'aime pas qu'on en fasse un portrait ridicule.»
Jean Giono


« le personnage du provençal hâbleur, joueur de boules, buveur de pastis, il existe, mais il existe en minorité, et ce n'est pas sur celui-là qu'il faut porter l'accent.»
Jean Giono


« les provençaux, malgré tout leur orgueil, sont exactement semblables aux hollandais, les hollandais sont exactement semblables aux chinois. nous sommes des hommes, tout simplement, avec des femmes, avant d'être des provençaux; par conséquent n'importe qui peut nous décrire, et quand shakespeare décrit des passions dans ses drames, il décrit les passions provençales.»
Jean Giono


Voir tous les biens

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et réaliser des statistiques de visite du site.

En savoir plus Fermer